Comme beaucoup de joueurs, je l'imagine, j'ai apprécié l'attention accordée à notre discipline par le magazine "Sport in Corsica". "Ainsi je suis un sportif ! " m'enthousiasmais-je. L'essoufflement qui me gagnait alors que je gravissais les dernières marches me menant à mon logement de fonction, sis au sommet d'un ancien chemin muletier, me convainquit que je devais chercher ailleurs le lien unissant les Echecs au sport.

Me remémorant les vertus du jeu d'Echecs moultes fois ressassées aux journalistes par notre Président, je me dis que ce lien était peut-être à chercher du côté de l'éthique sportive. Les Echecs seraient ainsi l'étendard d'un humanisme sportif. Pour m'aider dans mes recherches je lançais les mots clés "éthique sportive" comme requête sur Google ; et là quel choc ! les premiers termes associés à l'éthique sportive sont : "dopage" et "incivilité".

Les sports les plus populaires luttent aujourd'hui contre ces deux fléaux et le CIO, qui promeut dans sa charte "l'éthique sportive", a dû concéder d'importants renoncements sur l'autel du merchandising à savoir l'abandon de l'exigence d'amateurisme pour concourir aux JO et l'humanisme (en fermant les yeux sur l'exploitation de certains athlètes par leurs fédérations pour conquérir des titres dans des compétitions internationales).

La conception moderne que nous avons du sport relègue l'"effort physique" au second plan derrière la "compétition", ce qui justifie entièrement la place des Echecs dans le giron des sports. Cependant ne court-on pas le risque de brouiller le message citoyen véhiculé par les Echecs auprès des enfants (respect des règles, de l'adversaire, etc.) en en faisant un sport à part entière ? L'aspect compétition et l'impératif de gagner ne risquent-ils pas de supplanter le simple plaisir de jouer : "L'important c'est de participer" (Pierre de Coubertin), voila encore un message renié par le CIO.

Ces interrogations m'ont semblé pertinentes ces dernières semaines en voyant avec quel manque de pudeur l'encadrement de l'équipe de France de Football ainsi que les autorités nationale et internationale du Football ont éludé la question du fair-play suite à la qualification des Bleus grâce à la faute de main de Thierry Henry. Je rejoins en cela l'indignation des professeurs d'EPS qui se demandaient par quels moyens ils pourraient faire entendre à leurs élèves que tous les moyens ne sont pas bons pour gagner. Il y a des défaites plus glorieuses que des victoires volées.

Je vous invite à lire en page 36 du Corse Matin du dimanche 13 décembre un entretien intéressant avec Thierry LONG, enseignant-chercheur qui vient de publier "L'éducation par le sport : imposture ou réalité". Il explique que c'est le système sportif qui pousse les athlètes à tricher, les études démontrant depuis trente ans "l'immoralité produite par la logique sportive". C'est un vrai débat que j'aimerais bien poursuivre avec tous ceux que cela intéresse !

Bien loin des lumières hypnotiques de la télévision, des messages publicitaires rasoirs et des débordements fanatiques, la partie suivante qui oppose deux amateurs du jeu d'Echecs illustre ce que doit être l'éthique dans le sport. Point de coups bas mais un affrontement sans concession. Non cela ne s'est pas déroulé dans un mythique temple du sport (quoique ...) mais à la Casa di i Schacchi et, avec l'aide d'Akkah, je vous livre ces quelque lignes d'analyses :)


Cela aurait été dommage de laisser cette partie ensevelie sous un tas de feuilles, non ?

Enfin, j'attire votre attention sur le nouveau lien dans la colonne de droite pour que vous participiez à la rédaction d'articles sur TravellerChess !